Accueil Date de création : 28/04/06 Dernière mise à jour : 29/11/11 12:16 / 2498 articles publiés

chapitre 12 : Qu(est-ce qui attire les Harraga en Mozarabie ?  (LA MOZARABIE) posté le mercredi 11 octobre 2006 08:47

Blog de papyrusa :BENI SAF FOR EVER, chapitre 12 : Qu(est-ce qui attire les Harraga en Mozarabie ?

photo du Guadalquivir et de la Tour de l'OR: vue depuis la péniche qui nous ramène vers le lieu d'embarcation, le 3 octobre 2006.

 

QU'EST-CE QUI

ATTIRE

LES HARRAGA

EN MOZARABIE ?

La Torre de Oro, avait, au temps de Colomb, permis de récupérer les trésors venus des "Indias", c'est à dire en particulier du Pérou ! Elle trône sur le Guadalquivir qui autrefois vit remonter les caravelles  jusqu'à Séville, depuis Cadix dans l'Atlantique, à l'ouest du détroit de Gibraltar.

Aujourd'hui, c'est la Mediterranée qui conduit, vers le pays de l'olivier, ceux qui tentent de fuir un avenir leur apparaissant plus qu'incertain, des jeunes de moins de 20 ans qui ne croient plus qu'à la fuite !

Depuis cet été, c'est un phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur : de jeunes Harraga, quittent à leurs risques et périls les côtes algériennes, venant de l'intérieur ou de la zone côtière,  pour un El Dorado qui aboutirait en Espagne andalouse, vers Malaga ou Alméria, par le chemin le plus court que sont les côtes marocaines  !

Pourquoi et pourquoi faire ?

Je ne répondrai certainement pas à ces deux questions me contententant de rapporter les dernières nouvelles de ces tentatives vouées  au mieux à l'échec, mais en vie,  sur une côte du Mahgreb (en septembre, le 8,  c'était à Beni-Saf; voyez mon article et le commentaire d'un cousin d'un des Harraga), au pire à la mort par noyade et à moyen terme à l'échec total à l'arrivée vers, Malaga, Alméria ou plus au nord, Alicante, ou d'autres ports. Ceux-là même qui, en 62, avaient déjà accueilli les Pieds-Noirs en exode, embarqués sur leurs bateaux de pêche !


Article de "Le Quotidien d'Oran" du 11 octobre 2006 :

""Treize «harraga» échouent sur les côtes marocaines"

"Treize harraga algériens ont été interpellés, lundi, par les autorités marocaines à 40 km de Nador,..."

 "Selon leurs déclarations, les personnes jeunes harraga avaient pris le départ de Ghazaouat, à bord d’une petite embarcation, quatre jours plus tôt, en direction des côtes espagnoles. Leur embarcation s’est échouée sur la côte marocaine en raison de mauvaises conditions météo, cette zone ayant été prise dans de violents vents. Aucune indication n’a été donnée sur le sort qui a été réservé aux jeunes harraga. Le 22 septembre dernier, huit Algériens avaient connu le même sort. Partis de Ghazaouet à bord d’une embarcation pneumatique dotée d’un moteur, en direction des côtes espagnoles, les huit candidats à l’immigration clandestine ont vu leur voyage vers l’Eldorado finir sur la côte marocaine. En effet, la marine marocaine les avait interpellés de Ras Warche, localité située à l’est de la côte méditerranéenne du Maroc, et les avait remis à la police marocaine pour les besoins de l’enquête. Quatorze jours plus tôt, le 8 septembre, onze autres Algériens partis de la côte oranaise en direction de l’Espagne avaient été interpellés en mer dans la même zone marocaine de Ras Warche.

 Une recrudescence des tentatives d’émigration vers l’Espagne de jeunes Algériens est enregistrée. Ils sont en effet de plus en plus nombreux à vouloir se rendre en Espagne par voie marine - en embarquant généralement sur des petites embarcations pneumatiques ou de pêche mues par un moteur - mais le mauvais temps leur fausse le calcul les repoussant vers la côte méditerranéenne du Maroc, d’où ils seront rapatriés vers le pays mais ce n’est qu’après de suppléantes enquêtes en régime de détention.

H.Saaïdia""


C'est bien malheureux cette force d'avenir qui fuit, pour des horizons qui ne veulent pas d'eux !

 

 

lien permanent

Chapitre 11 / 2 Pauvre Pierre le Cruel  (LA MOZARABIE) posté le mardi 10 octobre 2006 17:57

Blog de papyrusa :BENI SAF FOR EVER, Chapitre 11 / 2 Pauvre Pierre le Cruel

photo : 3 octobre 15h : les canards d'un des bassins de l'Alcazar se moquent bien des fausses notes de Pierre le Cruel

 

PAUVRE PIERRE LE CRUEL

Ce Pierre-là est réalité Pierre 1er, seul fils légitime d'Alphonse XI (un roi "coureur" de jarretières)  et de Marie de Portugal. Il a été roi de Castille et de Leon.

Il n'a pas eu le temps de vieillir dans son "alcazar" de Séville, sa magnifique résidence secondaire puisqu'il est mort à 35 ans, après une vie plus que mouvementée et tachée de sang ! (1334/1369)

Son horrible surnom lui a été donné par ses ennemis. Plus tard, il fut de bon ton de l'appeler "El justiciero" !

On le surnomma aussi, le Roi des Juifs, alors qu'ils ordonna des progroms à horrible bruit de bottes ! vous voyez ce que je veux dire .... !

En réalité, il fut  surtout, dit-on, du genre immoral et volage. Il fit même assassiner une de ses épouses. Il fit exiler sa mère . Son pouvoir fut très contesté et il fit  de la prison. Le pape Innocent VI qui ne plaisantait pas avec la religion des rois, le fit excommunier. Il fut poignardé lors d'un combat singulier avec Henri II de France !

"Pauvre Pierre et bien fait pour lui",  chantent  en fausset les canards du bassin qui jouent les vedettes à la sortie de la visite ! 

 

 

 

 

lien permanent

chapitre 11 : De dentelle et d'eau : L'Alcazar de Seville  (LA MOZARABIE) posté le mardi 10 octobre 2006 17:23

Blog de papyrusa :BENI SAF FOR EVER, chapitre 11 : De dentelle et d'eau : L'Alcazar de Seville

photo : la cour à traverser pour aller écouter le seigneur du lieu. 3 octobre 2006

 

DE DENTELLE

ET D'EAU :

L'ALCAZAR

Qui n'a pas vu l'Alcazar ne peut imaginer ce qu'est le mudejar dérivé de l'art mozarabe !

.

L'Alcazar, c'est comme le canada-dry : ça a la couleur de..., le goût de..., mais ce n'est pas du... C'est quand même magnifique !

Quoique puissent faire penser les vues, ce n'est pas un palais arabe implanté en Andalousie. Non, c'est un palais espagnol à la manière des musulmans almohades et selon le modèle de l'Alhambra de Grenade, authentique palais des Mille et une Nuits arabes.

C'est un roi espagnol, Pierre le Cruel (l'homme du lion triomphant) qui l'a fait construire au XIV° siècle. Ce roi, "très catholique", a eu l'intelligence de prendre modèle sur la civilisation arabe, en utilisant les ouvriers arabes et leurs compétences en matière d'architecture, d'hydrographie paysagère et de décoration en platre, en marbre, en stuc et en azulejos.

Le résultat, malgré les rajouts faits par les successeurs du Cruel est là : c'est un palais arabe à la mode d'Espagne et c'est une réussite qui nous laisse sans voix.

Depuis les cours de l'Alcazar, on aperçoit la Giralda, authentique manifestation des califes.

Voyez l'album, il sera bientôt prêt. En attendant voyez l'article suivant : "pauvre Pierre le Cruel ! "

 

lien permanent

chapitre 10 : Olive et olivier  (LA MOZARABIE) posté le mardi 10 octobre 2006 11:24

Blog de papyrusa :BENI SAF FOR EVER, chapitre 10 : Olive et olivier

photo : les oliviers sur la route de Grenade, le 4 octobre 2006.

 

OLIVE

ET

OLIVIER

ou

le chant d'amour

des olives


 Quand Noé, fatigué de naviguer sur l'eau avec ses rescapés, envoya la colombe comme éclaireur, elle revint à tire d'aile toute joyeuse avec une branche d'olivier vert argent  dans le bec, démontrant ainsi que les eaux avaient baissé et qu'on pourrait enfin cultiver en paix. Aussitôt les enfants de Noé soufflèrent dans leurs trompes et dansèrent en tapant des pieds et des mains, comme s'ils allaient presser le raisin et l'olive .... 

 


""Dans la mythologie, on raconte que c'est la déesse Pallas Athênê qui aurait apporté aux grecs l'olivier et le figuier... et les grecs en firent le symbole de la sagesse. Ils vénéraient tant l'olivier, qu'ils en confiaient la culture à des vierges et à des hommes purs. "" 

(D'ici à ce que l'huile d'olive vierge soit en rapport, il n'y a qu'un pas que seule l'imagination sait franchir ! )

UNE HISTOIRE D'AMOUR A MA FACON, née en MOZARABIE :

Il pourrait s'appeler Olivier, elle pourrait se nommer Olive ! Ils pourraient être les héros d'un beau roman d'amour s'ils n'étaient de bois et de fruit. Leur mérite est d'être légendaires, presqu'immortels et toujours actuels ! Olive nait verte de son olivier et termine sa course fruitière en tant que noire !

Passer du vert au noir est le destin de l'olive !  

 Grecs et Phéniciens ont introduit les oliviers en Ibérie comme ailleurs sur le bassin mditerranéen !
Ouvriez nubiens gaulant les olives les Nubiens gaulaient les oliviers pour leurs maîtres pharaoniques.

Les oliviers, ça m'inspire ! A Beni-Saf, je les voyais partout, même où ils n'étaient pas et même dans les boîtes de sardines de la conserverie "Aracil et Pastor" (celle de mon père contre la falaise, à Beni-Saf) ! Ils faisaient de l'huile bonne à tout  et des fruits d'apéritifs cordiaux ou garnitues de lapin en sauce à mourir de plaisir !

Je me souviens des tartines d'huile d'olive et de sucre ! Un miracle pour la langue ! Essayez !

Je me souviens des grosses olives vertes fendues, piquantes ou non, des olives noires qui avaient du corps, bien grasses, bien moelleuses et celles plus petites et ridées avec juste l'amertume nécessaire pour appeler à boire l'anisette ! Je me souviens des olives farcies aux anchois, des olives pimentées ! ....

Bref, Olive et Olivier sont pour moi, les chevaliers du goût retrouvé, les amants de douceur et de la paix.

Sur la route de Mozarabie, je veux dire de Séville à Grenade, ils ont meublé à perte de vue le paysage, jusque sur les pentes les plus hautes !

Je crois qu'en Espagne les cueilleurs d'olive sont des alpinistes ou ont des ailes. Plus prosaïquement, ils ont peut-être des squads !

Paysages magiques et jamais uniformes. Les oliveraies trassent des raies dans la chevelure des montagnes andalouses, selon des dessins qui évoquent les azuleros verts et marrons. Les 300 kms séparant Seville de Grenade ont été un enchantement sous le signe des rameaux de la paix.

Ma photo est un peu tristounette, mais à 120, ce n'est pas évident !

Tout romantisme mis à part, l'olivier est devenu une monoculture dans cette région !

Ils ôtent la place à tout habitat rural traditionnel. Du désert, rempli d'oliviers et de très loin en très loin de grandes haciendas. Les usines d'huile sont près des villes. Les maisons des cueilleurs ressemblent à des corons agricoles !

Ce n'est plus l'Andalousie connue il y a trente ans ! Tout est ici source de profit économique ! Le rameau de la paix est devenu un bâton de richesse !

L'olivier est un amant exigeant qui demande des soins pour que ses olives soient belles et constantes. Il faut gratter la terre, mais pas trop profondément, tailler les rameaux inutiles, fumer le sol, combattre les parasites, etc... Imaginez ce que c'est sur les pentes les plus haute.

En octobre, les Olives commencent à arriver à maturité, certaines sont déjà en place sur les tables, en tant qu'olives vertes,  bientôt dans les presses. En novembre, la récolte sra faite et terminée et les olives seront noires.

On ne s'éclaire plus à la lampe à huile d'olive, mais peut-être qu'un jour, les voitures utiliseront cette huile comme énergie, faisant la nique aux rois du Pétrole !

Vous pouvez même acheter un olivier bonzaï si vous vives en appartement ou si votre jardin craint le gel !  

Si mon article vous a mis en bouche je vous propose la pizza aux tomates et  olives de Mozarabie avec  anchois de Beni-Saf :

 

lien permanent

Chapitre 9 / 4 : Le triomphe du Lion  (LA MOZARABIE) posté le lundi 09 octobre 2006 11:32

Blog de papyrusa :BENI SAF FOR EVER, Chapitre 9 / 4 : Le triomphe du Lion

photo du 3 10 06 : gros plan sur le Lion Real

 

LE TRIOMPHE

 DU LION

 

Le gros plan parle plus qu'un livre d'histoire : le Lion, fier comme Artaban, tient dans la patte droite, celle de l'action,  le symbole même de l'Espagne des Rois Catholiques : la croix trilobée. De ses trois autres pattes, il écrase l'étendard bleu des Arabes vaincus. Sa queue forme un e fleur de lys  et bien évidemment sa tête est couronnée : les Rois Catholiques (los Reyes catolicos)  ont définitivement évincé les califes !

L'Espagne va bientôt se lancer à la conquête des Indes !

Armes de Séville

Le bas du blason présente une sorte de rebus NO 8 DO :

En traduction très personnelle et plus que libre de ma part : "No puedo jamas dejar-la : je ne peux jamais la quitter" . Ce qui est le retour de la vraie signification :

 8 pourrait être le signe de l'infini ! En réalité, il représente un écheveau de laine qui se dit "madeja" en espagnol. Cela donne "NO MA DEJA DO"  ou plus exactement "no me ha dejado" : elle ne m'a pas laissé (tomber) ! Pensée d'Alphonse X le Sage (XIII° siècle), qui fut soutenu par Séville lors des conflits dynastiques dans lesquels il faillit perdre son trône !

La porte del leon donne sur la plça del Triumfo : tout un programme.

lien permanent
|

ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à papyrusa

Vous devez être connecté pour ajouter papyrusa à vos amis

 
Créer un blog