Accueil Date de création : 28/04/06 Dernière mise à jour : 29/11/11 12:16 / 2498 articles publiés

Beni-Saf J moins 4 : De l'épicerie de Beni-Saf aux enfants et des enfants aux souvenirs  (2 volets rêve, arrivée: ou retour aux sources) posté le mardi 09 mai 2006 09:40

souvenirs de beni-saf

Blog de papyrusa :BENI SAF FOR EVER, Beni-Saf J moins 4 : De l'épicerie de Beni-Saf aux enfants et des enfants aux souvenirs

Ici, un dessin fait par moi, à la manière enfantine, pour le conte égyptien  de "Papyrus le chien magique". Il  représente Apopi (Apophis en égyptien et Sheitan arabe, Satan en français ) démon tentateur des adultes et des enfants, source de divers méfaits. il me semble convenir ici pour la deuxième partie.

BENI-SAF J - 4 : Plus les jours qui me séparent de Beni-Saf sont rongés par les heures, les minutes et les secondes qui passent, plus je suis sous pression.

En fait, ça me bouleverse, ça me stresse, ça m'asticote,  ça m'empêche de dormir...

 Ecrire est parfois une catharsis mais c'est toujours partager avec l'autre, briser la solitude, aider aussi ...

 La Com :  notre voeu le plus cher en ce siècle difficile dit de la Communication !  

 

Du coup, je viens d'en perdre mes idées ! C'est pourquoi, je vous copie le  passage qu'un ami à moi, Beni-Safien de souche, vient de m'envoyer .

 C'est très drôle et c'est une histoire tendre d'épicier et d'enfants qui m'a rappelé subitement une autre histoire, moins drôle celle-là,  d'épicerie enfantine ! cette seconde épopée  dont je n'ai pas à me vanter, m'appartient comme à bien d'autres gosses qui habitaient autour du bas de la rue de la République.

D'abord,  la mémoire  de mon ami que j'appellerai  ici  le "Bedouin gourmand " , dans  ce petit extrait humorisitique et touchant qui va rappeler des souvenirs à certains et  auquel j'ai donné pour titre :

"L'EPICIER PHILOSOPHE de la rue de la Plage de Beni-Saf" :

""Agnès, te souviens- tu de " Khaïmi " l' épicerie prés de l'école à la Plage ?

Avec des gamins de mon âge, on avait hâte d'entendre la sonnerie de l'heure de sortie des classes, pour passer rapidement  acheter des bonbons.

Si on était sage à l'intérieur de son épicerie,  il nous donnait un "tue la toux " ou  un " globo " en plus.""

C'était gentil et il nous disait < " machi  koulyoum, machi koulyoum ! "  - Pas tous les jours, pas tous les jours !!  car  on avait pris l'habitude de courir tous les jours vers lui.""

 

J'adore cette histoire d'enfant et cet épicier-là que je n'ai pas connu, habitant au centre de l'amphithéâtre beni-safien et non à la plage.

Dommage ! Je serais allée le voir tous les jours, tellement j'aimais les bonbons ! ! !

Et maintenant la mienne que je titrerai:

"Les malheurs de Coco-Bel-Oeil" le Supplicié de la Rue de la République"

""Pauvre épicier, du bas de la rue de la République. Il avait un oeil en verre et une dent envers nous. Certains l'appelaient "el Tuerto" et presque tous "Coco-Bel-oeil". Je ne sais pas comment on l'appelait en arabe ! 

 C'était une institution béni-safienne, cet oeil-là ! Nous allions sans cesse agacer son propriétaire, filles et surtout garçons de moins de dix ans , espérant que, dans sa juste colère contre les garnements que nous étions , cet oeil d'agathe, objet de nos obsessions et de nos pulsions sadiques,  roulerait dans la semoule que l'épicier  pesait malgré sa rage contre les gosses sur sa balance à plateaux !

 La légende voulait que ce fait fût authentiquement arrivé,  et nous,  nous en espérions sa reproduction sous nos deux yeux (pardon !), sans nous soucier des souffrances de cet épicier borgne.

Nous devions être son enfer journalier !

 Lui, bien sûr, il ne nous donnait pas des bonbons car il nous menaçait plutôt des justes châtiments que nos parents allaient nous infliger  pour nos insolences !

L'enfance est cruelle et irresponsable ! cela prend toute une vie pour réprimer cela et parfois certains n'y arrivent jamais !

Tout comme les petits enfants peuvent plumer vivant un coq, pour voir comment il chante, nous agacions "Coco" pour écouter son cri de guerre et voir devenir noir de fureur le seul vrai oeil biologique de son visage !

Quand j'y pense, j'ai honte ! Mais je n'avais que sept ans ! Ensuite, je n'ai plus jamais joué à ces sortes de "farces" qui ne font rire que les enfants et les méchants et qui conduisent sans en avoir l'air, à l'exclusion des infirmes dans la Société ! C'est ce que je me suis dit, à huit ans après une grâve typhoïde qui a emporté beaucoup de Beni-Safiens et m'a laissée paralysée des jambes pendant six mois, me privant de toutes sortes de jeux aventuriers plutôt faits pour les garçons et ceux débiles faits pour les idiots et me dôtant d'un soupçon de raison !

Pauvre Coco,dont j'ai oublié le véritable nom,  que Jehovah ait gardé en paix ta belle âme  au paradis des Justes ! ""

A demain pour la suite de mon carnet d'avant bord 

PS : Message à une correspondante :

Merci Christel pour les voeux  que tu formules pour mon voyage au pays de tes parents ! Je te recopie car ton mail est  une nouvelle source d'émotions pour moi :

""La date de départ approche je pense que vous serez ravie lorsque vous foulerez le sol de Beni -Saf, riche en souvenirs.
Mon père ne se souvient pas bien, mais le nom de votre père lui dit quelque chose comme une personnalité, un gendarme... Mon père a le même prénom que son père Francisco (réfugié espagnol) et sa mère qui vient de décéder s'appelait Antonia ....
Je vous souhaite un très beau voyage et je vous dis à bientôt.
Chaleureusement
Christel""
 
Non, Christel, mon père n'était pas gendarme mais fabricant de salaisons et de sardines à l'huile !
partager

Déposez un commentaire !

(facultatif)

(facultatif)

error

Attention, les propos injurieux, racistes, etc. sont interdits sur ce site.
Si une personne porte plainte, nous utiliserons votre adresse internet (54.145.243.51) pour vous identifier.     


2 commentaire(s)

  • naima

    mer. 17 mai 2006 22:52

    mes parents sont tous les deux nés à beni-saf et j'ai passé les vacances de mon enfance là-bas. j'y ai beacoup de souvenirs et je continue à y aller tous les deux ou trois ans. C'est pas seulement une belle ville, elle a une âme et vos petites histoires illustrent bien cette âme.

  • Papyrusa mailto

    mar. 09 mai 2006 10:06

    Puisqu'aujourd'hui vous êtes plus de 126 à me rendre visite, et que je suis au rang 16 des travelblogs, laissez-moi vos commentaires, cela m'encourage et cela enrichit mon texte. Sans vous, quel serait l'intérêt de ce blog ?


ouvrir la barre
fermer la barre

Vous devez être connecté pour écrire un message à papyrusa

Vous devez être connecté pour ajouter papyrusa à vos amis

 
Créer un blog